Révélations privées et prudence: le P.Ovila Melançon, théologien spécialiste, nous parle des critères de discernement /1.
En-tête 1 du site de la revue En Route. En-tête 2 du site de la revue En Route.
En-tête 3 du site de la revue En Route.
sommaire_general

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

Pour la version PDFde ce document,
cliquez sur l'icône. 
(recommandé pour imprimer ou partager par courriel)

Révélations privées
et prudence (1)


Page  1   2


 

De nos jours, les révélations privées sont très nombreuses, il est donc opportun d'indiquer comment discerner leur valeur respective. En effet, il y en a qui sont sérieuses et dignes de confiance; par contre, d'autres laissent planer des doutes sur leur authenticité, et certaines sont fausses d'une façon évidente.

par P.Ovila Melançon, c.s.c.

Il est certain que les révélations privées authentiques sont normalement très utiles. En effet, la grâce n'agit que pour notre bien et, quand elle est d'un ordre aussi extraordinaire, elle ne peut agir pour un bien qui soit médiocre.

De plus, il est une question qu'il est urgent et nécessaire de bien clarifier, c'est le degré de certitude que peuvent présenter les révélations privées. Presque toujours, les personnes qui les reçoivent et celles qui les lisent les, considèrent comme étant infaillibles, ou peu s'en faut, et c'est là une erreur fondamentale qu'il est nécessaire de corriger.

 

Cependant, s'il faut admettre que l'illusion est rare et difficile dans la contemplation infuse et même dans les extases, elle est facile dans les révélations privées. Néanmoins, il est très important de ne pas considérer les œuvres de Dieu comme étant des œuvres diaboliques. En effet, les révélations divines sont ordonnées au bien spirituel des âmes. Il ne faut pas mériter le reproche que l'Esprit-Saint fait aux impies, qui "blasphèment ce qu'ils ignorent". (2 Pi 2, 12)

Sans doute, il ne faut pas imiter l'imprudence de ceux qui admettent indistinctement tout ce qui peut être qualifié du nom de révélation. Néanmoins, on doit accorder une pieuse croyance à celles qui portent les caractères véritables de l'authenticité.
 

RéVéLATIONS PUBLIQUES
ET RéVéLATIONSPRIVéES

Considérée d'une façon générale, la révélation divine est la manifestation surnaturelle par Dieu d'une vérité cachée. Quand cette manifestation se fait pour le bien de toute l'Église, c'est la révélation PUBLIQUE. Quand cette manifestation est faite pour l'utilité des personnes qui en sont favorisées ou pour un nombre plus ou moins restreint de fidèles, on l'appelle PRIVéE.

Les révélations PUBLIQUES sont universelles; elles sont contenues dans l'écriture Sainte ou dans la Tradition apostolique et elles sont transmises par le Magistère de l'Église. Elles ont pris fin avec la prédication des Apôtres et elles sont imposées à la foi de tous les hommes qui parviennent à les connaître. Depuis ce temps, il n'y eut jamais, il n'y aura plus de révélations publiques intéressant et obligeant le monde entier.

Quand aux révélations PRIVéES, elles sont destinées à nous réveiller de notre somnolence spirituelle. Ces révélations sont comme les miracles : Dieu ne les accomplit pas sans un motif sérieux. Elles sont l'œuvre non seulement de sa puissance mais aussi de sa sagesse.
 

LES RéVéLATIONS ET LA MYSTIQUE

Les révélations privées sont des actes surnaturels et mystiques : il sera donc opportun de les bien situer dans le cadre de la mystique chrétienne.

On considère comme étant mystiques des actes ou des états surnaturels, qui dépassent totalement la possibilité de nos efforts, même aidés par la grâce actuelle ordinaire, pour l'opposer à la grâce extraordinaire, par laquelle Dieu agit en nous mais sans nous.

Plusieurs actes ou phénomènes surnaturels échappent toujours à nos efforts. Ainsi, même avec des efforts énergiques de volonté, on ne peut prophétiser, avoir une vision, une révélation, être dans un état de contemplation infuse. C'est ce que l'on appelle un acte ou un état mystique.
 

DEUX ESPèCES DE GRâCES MYSTIQUES

Il faut donc distinguer les grâces mystiques d'avec les grâces ordinaires. Mais il faut partager les grâces mystiques en deux groupes bien distincts, c'est-à-dire les grâces par lesquelles nous entrons en contact surnaturel avec DIEU lui-même, et les grâces qui nous font entrer en contact surnaturel avec des êtres créés.

La théologie mystique a des termes techniques pour exprimer ces deux espèces de grâces mystiques, c'est-à-dire les grâces "indéiques", qui concernent le contact surnaturel avec Dieu lui-même, et les grâces "exdéiques", relatives au contact surnaturel avec les êtres créés. Cette distinction est très peu connue, même chez les théologiens, mais elle est d'une suprême importance pour bien comprendre les différents aspects de la vie mystique.

Il est donc nécessaire de bien distinguer ces deux espèces de grâces mystiques, car l'estime qu'il faut en avoir est loin d'être la même. En effet, les grâces d'union à Dieu sont de loin les plus utiles et les plus sûres.

Au point de vue "sécurité", les grâces exdéiques, qui concernent les êtres créés, et notamment les révélations, sont sujettes à de nombreuses illusions. Notre activité propre peut se mêler à l'activité divine et la contrefaire. Ce premier inconvénient est la cause de plusieurs autres.

En effet, il arrive souvent que les révélations n'aient pas seulement pour but d'être utiles à l'âme du voyant. Elles poussent parfois à des activités extérieures, comme l'enseignement d'une doctrine, la propagation d'une dévotion, le fait de prophétiser, de lancer une entreprise exigeant des dépenses parfois considérables. Si ces impulsions venaient seulement de Dieu, il n'y aurait aucune crainte à développer. Mais le cas contraire est fréquent; alors on s'engage dans des voies périlleuses. C'est pourquoi les révélations comportent des dangers.

Par contre, il n'y a pratiquement rien à craindre des grâces indéiques, c'est-à-dire de l'union mystique avec Dieu, de la contemplation infuse. En effet, un état d'oraison, qui présente sérieusement l'ensemble des caractères de l'union mystique, vient de Dieu et il ne comporte que des avantages.

En conséquence, s'il faut beaucoup de prudence pour discerner les grâces exdéiques, comme les visions des créatures et les révélations, IL NE FAUT PAS REJETER LES GRâCES INDéIQUES, puisqu'elles constituent déjà une partie de l'union mystique, vers la perfection de laquelle il faut tendre.
 

RéVéLATIONS ET "INFAILLIBILITé"

Il faut reconnaître les bienfaits apportés par les révélations privées authentiques; néanmoins, il est absolument opportun, sinon nécessaire, de rappeler à plusieurs mystiques de notre temps la nécessité de la vertu de prudence.

Ils feront bien de vérifier davantage si la perception de leurs révélations est bien authentique, et ils ne devront pas s'en tenir trop facilement au sens littéral. Surtout, ils devraient ne jamais accorder à leurs révélations un critère d'infaillibilité! Il convient de se rappeler que seul le Pape jouit du charisme de l'infaillibilité, qui ne s'exerce d'ailleurs que très rarement et selon des conditions déterminées.

Même si les mystiques peuvent éprouver parfois un sentiment de très grande certitude, ils peuvent transmettre des erreurs graves, issues de leurs préjugés ou de leur ignorance de certaines vérités!... Le drame actuel de certains mystiques est de croire que toutes leurs révélations ont un caractère absolu. Ils ou elles "manipulent" l'infaillibilité "à jet continu"!...

Les mystiques doivent avoir l'humilité nécessaire pour admettre leurs limites...et parfois même leurs erreurs passées et présentes!...

Les auteurs spirituels soutiennent que l'illusion n'est pas à craindre dans l'union mystique comme telle, mais qu'elle est plus facile dans les révélations. Il faut se défier un peu des révélations, d'une façon générale du moins, car cette voie est exposée aux illusions de l'imagination et du démon. Incidemment, ajoutons que le verbe "se défier" signifie: "se fier mais avec précaution"!... Par ailleurs, même si la révélation paraît authentiquement surnaturelle, il faut se défier de l'INTERPRéTATION que l'on en donne, par crainte d'y avoir mêlé des idées personnelles.

Comme le faux peut se mêler au vrai, les révélations ont besoin d'un sérieux examen, avant de recevoir un entier crédit. Elles ont la valeur du témoignage de la personne qui les rapporte. Or, cette personne n'est jamais infaillible; il est donc manifeste que ses attestations ne sont jamais absolument certaines, sauf le cas d'un miracle directement opéré en faveur de telles attestations.
 

RéVéLATIONS
ET MAGISTèRE DE L'éGLISE

Le Magistère officiel de l'Église est prudent en ces matières. Sans doute, ce Magistère prend parfois sous sa protection certaines révélations privées, quand il les voit entourées de certaines conditions. Néanmoins, cette protection ne va jamais jusqu'à les imposer à la foi des fidèles.

L'approbation que leur donne le Magistère ne prétend pas nous dire autre chose sinon qu'elles sont PROBABLEMENT ET PIEUSEMENT CROYABLES. Pat cette approbation, l'Église entend seulement déclarer qu'elle n'y trouve rien de contraire à la foi et aux bonnes mœurs, et qu'on peut les lire sans danger et même avec édification. à ce sujet, c'est la directive que donnait le pape Benoît XIV, qui a traité avec précision de ce problème.
 

RéVéLATIONS ET CERTITUDE

On peut se demander à quel degré de certitude on peut arriver concernant les révélations privées, et s'il est possible qu'une révélation nous apparaisse comme étant purement divine. Ce degré de certitude peut concerner la personne qui reçoit les révélations ou les personnes qui les lisent pour s'en édifier.

Certains théologiens soutiennent que les personnes favorisées de révélations et les autres personnes auxquelles elles peuvent s'adresser, peuvent y croire d'une foi véritable, à la condition qu'elles aient des preuves certaines de leur authenticité.

Il est normal et inévitable que l'Église tarde à se prononcer officiellement sur l'authenticité des révélations privées, dans le sens indiqué précédemment, c'est-à-dire en autant qu'elles sont probables et pieusement croyables. En attendant ce long retard inévitable, et tout à fait conforme à la prudence, chacun peut se former une opinion personnelle, en se basant évidemment sur des critères sérieux. Sans doute, cela est vrai sur le plan théorique, mais en pratique quels doivent être ces critères "sérieux"?...

On peut avoir une preuve certaine qu'une révélation est divine, lorsqu'un miracle est opéré à cette intention bien déterminée ou que les circonstances le démontrent clairement. De plus, la réalisation d'une prophétie équivaudra à un miracle, si elle a été précise et que sa réalisation n'ait pu être l'effet du hasard ni d'une conjoncture du démon.

En dehors de ces circonstances exceptionnelles, le discernement d'une prophétie ne pourra aboutir qu'à une probabilité plus ou moins grande; agir autrement, c'est s'exposer à tomber dans l'illusion: ce qui malheureusement se vérifie parfois de nos jours!...

Sans doute, pour se permettre de lire, dans le but de s'en édifier, des révélations, IL N'EST PAS REQUIS D'AVOIR LA CERTITUDE QU'ELLES SONT DIVINES; il suffit qu'elles nous paraissent vraiment comme "probables et pieusement croyables", selon les directives du pape Benoît XIV.

RéVéLATIONS ET ERREURS

En marge des réflexions précédentes, il faut conclure que les révélations de saints même canonisés peuvent contenir des erreurs. L'hagiographie chrétienne nous en fournit de nombreux exemples. Et lorsque l'Église canonise un serviteur ou une servante de Dieu, ce ne sont pas ses révélations ou ses visions qu'elle canonise, mais ses vertus pratiquées jusqu'à l'héroïsme.

Des théologiens sérieux considèrent, par exemple, que les révélations de Marie d'Agreda contiennent des erreurs. De plus, elle considérait comme un péché de ne pas croire à ses révélations: voilà une erreur très importante. En effet, une révélation privée ne peut être imposée à la foi de l'ensemble des fidèles; l'Église ne peut en imposer d'autres que celles qui sont contenues dans l'écriture Sainte et dans la Tradition. Cependant, malgré les erreurs décelées dans ses révélations, il est difficile de mettre en doute l'héroïcité de ses vertus. Sa vie donne l'impression d'une grande sainteté et d'une profonde union à Dieu.

 Certains mystiques considèrent qu'il ne faut point exiger d'autres preuves d'authenticité de leurs révélations que leur certitude personnelle. Parfois, ne pouvant vaincre autrement l'incrédulité des autres, ils prétendent recevoir d'autres révélations, qui menacent leurs opposants de malédictions divines. Il faut une profonde ignorance de la vraie mystique, pour ne tolérer aucune objection!...

 

SUITE >

Lien_menu_enseignements


- MENU DE LA RUBRIQUE "ENSEIGNEMENTS" -


bas_page1

www.revueenroute.jeminforme.org

Site produit par  "Les Amis de la Croix d'Amour".
Autorisation de diffuser ce document, avec mention de la source.