Harry Potter: initiation de nos jeunes à la sorcellerie et au satanisme. Etude de Mona Mikaël, spécialiste / Partie 2.
En-tête 1 du site de la revue En Route. En-tête 2 du site de la revue En Route.
En-tête 3 du site de la revue En Route.
sommaire_general

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

Franc-parler
sur Harry Potter (2)


PAGE    1   2     


UN CHRIST à L'ENVERS

Oui, Michèle, c’est exact : Harry Potter est un type à peine voilé du Christ. Mais ce que tu ne vois pas, c’est que c’est un Christ à l’envers, une honteuse parodie de notre Saint Sauveur.

Le parallèle Harry-Jésus existe bel et bien, mais c’est une noire moquerie donnant le rôle du Christ à un SORCIER ! Présenter l’homme du mal comme Chevalier du Bien et le Sauveur du monde, est une ruse de structure pour faire passer sans bruit, sous couvert de fiction, un blasphème implicite, “injure de situation” savamment concoctée. Un sorcier rédempteur! Et pourquoi pas le Diable évangéliste ? Tu n’es pas convaincue ? Parfait : maintenant, c’est à toi de m’expliquer pourquoi la nuit dans un cimetière, à la fin du Tome 4, est montré un rituel oà la chair et le sang sont offerts comme à la messe. à toi de me dire aussi pourquoi, à l’instar de Jésus conduit jusqu’à la mort «comme un agneau mené à l’abattoir», Harry a été «élevé comme un PORC destiné à l’abattoir» (Tome 7)... Ce sont exactement les mots de l’évangile tournés en ridicule pour insulter le Christ dans Son saint Sacrifice ! Et pour bien couronner ce blasphème à rallonge, voilà que Harry «meurt», puis bondit sur ses jambes, tandis que les témoins de sa «résurrection» poussent en choeur le même cri du grand matin de Pâques : «IL EST VIVANT !» (en majuscules dans le texte)...

Enfin, me diras-tu ce que fait dans des livres d’enfant le Chiffre de la Bête, l’horrible 666 répété plus de 5 fois et donc intentionnel (7) ? Tu ne peux pas, chère Michèle, balayer de la main des choses aussi énormes comme s’il ne s’agissait que d’innocents détails ! Tu dois les expliquer d’une façon convaincante ou renoncer à croire que Harry Potter est une série chrétienne. Contourner le problème en louvoyant, c’est tricher sans pudeur et vouloir t’aveugler sur la réalité. Et c’est tromper ton fils en voulant lui faire croire que le mal est un bien.

Parcours initiatique entre le plomb et l’or, christianisme à l’envers, conception très païenne et malsaine de la mort, esprit de rébellion, serments, transformation et illumination; tout cela sort du registre des sociétés secrètes. Jean-Valentin Andréæ était un missionné Rose-Croix et la loge de la Franc-Maçonnerie Universelle à Hilversum (Pays-Bas) porte encore le nom de son héros, Christian Rosencreutz. C’est un fait établi : le symbolisme de la Fraternité émane directement de l’alchimie occulte. Il est logique alors qu’on en trouve quelques traces dans les aventures d’Harry Potter, dont la structure honore cette même alchimie. En vérité, la franc-maçonnerie tient une place importante dans la série, trahissant sa présence par ses symboles, ses rituels et son état d’esprit tissés en filigrane dans la trame de l’intrigue. J’ai d’abord repoussé cette affreuse découverte et l’évidence elle-même m’a paru incroyable ; mais les faits sont bien là, présents, incontournables : du Tome 1 au Tome 7, l’initiation d’Harry Potter est celle d’un franc-maçon, d’abord Pierre Brute (Apprenti), puis Pierre Cubique (Compagnon) et Pierre Philosophale (Maître-élu). «C’est une Quête !» reconnaît le héros lui-même, et le texte précise au Tome 5 que «l’Ordre du Phénix est une société secrète.» Mais pourquoi se donner autant de mal pour tromper ? Pour la raison bien simple que la franc-maçonnerie mise sur nos enfants pour fondre dans son moule leurs esprits malléables avant que la foi s’installe en eux et les «déforme». Afin qu’aucun n’échappe à sa terrible emprise, elle leur tend cent mille pièges que seule la grâce de Dieu, constamment secondée par notre vigilance, pourra neutraliser.

«C’est une organisation beaucoup plus occulte qu’on ne peut l’imaginer aujourd’hui, affirme en 1985 un 32e grade, Ralph Anderson, et destinée à devenir l’école qui formera les occultistes avancés qui viendront. » Vois-tu enfin le lien avec Harry Potter ? Un autre franc-maçon, J.M. Jourdan, annonce ouvertement que « le monde se dirige vers un ordre luciférien digne de l’empire de l’Antéchrist ».

Permets-moi de te le dire sans gants et sans détour : l’orphelin aux yeux verts qui a su te séduire est un infréquentable de la plus noire espèce. Il pratique une magie qui, bien que maquillée, correspond fidèlement à celle du monde réel et présente, de ce fait, un danger pour les âmes. Danger d’imitation et de détournement vers des doctrines fumeuses contraires à Celle de Dieu. Pour attirer les jeunes dans le moule des sorciers et bâtir avec eux un Ordre des ténèbres, on ne pouvait frapper un coup mieux ajusté ni lancer un filet aussi bien préparé. Quant à toi, chère Michèle, tu t’accroches à une goutte de miel, ignorant le marécage dans lequel elle se noie. Tu brandis le courage d’Harry et sa fidélité à ses amis, mais tu oublies sa hargne, ses mensonges, ses vengeances, ses manipulations, désobéissances et indiscrétions, qui sont tellement nombreux que les bras vous en tombent... Est-ce là un bon modèle à donner à Jeannot? Est-ce que tu trouves normal que des livres chrétiens soient uniquement centrés sur la sorcellerie, exécrée par le Ciel, et l’exaltent à chaque page ? Et les rituels de sang, les meurtres, la magie noire, la possession et l’envoûtement, c’est chrétien, cela aussi ? Et l’euthanasie, appelée au Tome 7 « organiser sa mort », y verrais-tu, comme d’autres, un acte de compassion, un geste évangélique ? Et les passages juteux, allusions érotiques et autres salaisons, crois-tu que cela convienne à de très jeunes enfants, voire même à des adultes ? S’il existe des livres dont la partie mauvaise peut être contournée parce que la bonne partie est de loin supérieure, ce n’est certainement pas le cas d’Harry Potter, dont le fond est pourri. Pourri jusqu’à la moelle.

« DIS, MAMAN,
C’EST QUOI LA MAGIE NOIRE ? »

J’arrête ici cette lettre, persuadée, chère Michèle, d’avoir fait en conscience mon devoir de marraine. Et je crois sincèrement que tu ne resteras pas aveugle très longtemps : si tu ignores cette lettre et mon droit de veto, si tu offres Potter à ton fils dans mon dos, c’est lui qui te montrera l’ampleur de ton erreur. Lorsqu’il lèvera vers toi son regard d’enfant pur et qu’il te criblera de questions épineuses auxquelles tu ne trouveras aucune réponse chrétienne parce qu’il n’y en a pas, peut-être commenceras-tu alors à réfléchir. « Dis, maman, c’est quoi la magie noire?

Et le sang magique ? Et le sang de dragon ? Pourquoi le monsieur dans la forêt il boit du sang de licorne ? Pourquoi l’homme au cimetière tire du sang de Harry, puis tranche sa propre main et la plonge dans le chaudron ? Pourquoi l’affreux serpent dévore le jardinier ? Pourquoi le professeur Dumbledore demande à son ami de le tuer ? C’est bien, ça, maman ? Pourtant, tu m’avais dit que c’est seulement le bon Dieu qui pouvait décider quand on meurt pour toujours... Maman, pourquoi tu me dis qu’il ne faut pas mentir alors que Harry ment tout le temps sans être puni ?

Comment est-ce qu’il espère contacter son parrain, qui est mort ? Et pourquoi Ron embrasse une fille longtemps devant tout le monde ? Et pourquoi on brûlait les sorciers au Moyen-âge ? Parce qu’ils étaient méchants ? Mais Harry est gentil et ses amis aussi ! C’est cool d’être comme eux.

J’aimerais leur ressembler et faire un jour partie de l’Ordre du Phénix...»

Si tu ne lui donnes pas de réponses convaincantes, Jeannot fera lui-même des fouilles sur Internet et là, ce sera la fin. Car ce qu’il y trouvera, un corpus d’occultisme complet à sa portée, pourrait bien le séduire comme furent séduits tant d’autres qui emplissent aujourd’hui les écoles de magie... Il trouvera tout ce qu’il faut pour les sorciers en herbe, y compris des vrais sorts puissants et agissants (vérifie, tu verras). Il voudra essayer par pure curiosité; après tout, pourquoi pas ? Tu ris encore, Michèle, comme si rien de tout cela ne pouvait arriver ! Vraiment, je ne comprends pas cette étrange attitude : s’agit-il d’aliments, tu vérifies de près, interroges les experts et scrutes les étiquettes pour être bien certaine qu’il n’y a aucun danger pour ta famille ; et s’il y a un seul risque, même lointain, tu bannis sans procès la nourriture douteuse ! Mais dès qu’il est question de nourriture morale, tu prends de petits airs fins, tu parles d’opinion et, pour « garder l’esprit ouvert », tu laisses entrer chez toi de dangereux malfaiteurs. Parfaitement. Parce que les mauvais livres, les mauvais films et tant de mauvais jeux font beaucoup plus de mal qu’une bande de voyous. Oui, la bande de voyous n’opère qu’en un seul lieu à la fois et ne frappe que les corps, alors qu’un mauvais livre, un mauvais film ou un mauvais jeu multiplie ses ravages dans des milliers de foyers, y perturbe les cœurs et y corrompt les âmes. Ces outils subversifs (8) travaillent par séduction, sans heurts et sans secousses. En silence, ils préparent, chacun dans son secteur, l’état d’esprit voulu pour l’ordre luciférien dont parle J.M. Jourdan. Il s’agit bel et bien du Nouvel Ordre Mondial, ce grand bandit masqué qui cherche par la ruse à s’introduire chez nous.

Ces raffinements sournois commandent à tout croyant une attitude nouvelle. « C’est le temps d’être habile », nous dit l’Apocalypse. Certes, il est bon d’avoir l’esprit ouvert, mais pas à tout vent de doctrine et pas aux pourrisseurs qui cherchent à suborner l’esprit de nos enfants. Il faut savoir fermer la porte à ceux que Tardivel appelle des « malfaiteurs littéraires ».

Plus que jamais on doit scruter, fouiller, creuser, demander leurs papiers aux produits culturels dont se servent trop bien les Manipulateurs pour insuffler aux jeunes leurs idées fausses ou vaines qui, doucement, les éloignent de l’orbite sainte de Dieu; orbite hors de laquelle on est en danger de mort. Harry Potter n’est qu’une goutte infime dans une mer de goudron, mais il a su polluer dans des milliers de foyers et entraîne à sa suite, comme le flûtiste d’Hamelin, tout une génération.

La série est finie, mais ses ravages commencent : depuis qu’elle est devenue lecture obligatoire dans un grand nombre d’écoles, notamment catholiques, elle est plus dangereuse que jamais. Les écoles de magie réelles et virtuelles l’étudient également avec beaucoup de passion, ce qui grossit encore les « phalanges de l’avenir », qui seront composées en partie de sorciers, de sorciers aguerris qui, eux aussi, un jour, avaient le regard pur... Ne tente pas Dieu, Michèle, car si tu prends ainsi la chose à la légère, Il pourrait te donner une bien cuisante leçon : si tu laisses ton Jeannot fréquenter les sorciers, d’abord fictifs, puis réels (car ils ont des techniques de « transfert » efficaces), ne viens pas te lamenter s’il se met à régler ses comptes à coups de baguette, y compris avec toi quand tu auras le malheur de contrer ses désirs.

Ta sœur qui prie
pour toi et son précieux filleul.

 

P.S. Un conseil : ne te fie surtout pas à la presse officielle, car ceux qui lui dictent ce quelle doit publier sont des pro-Potter purs et durs. Juges-en toi-même.

Décembre 2001 - Don Gabriele Amorth, exorciste du diocèse de Rome, condamne Harry Potter. Silence total de la presse.

Février 2003 (sous Jean-Paul II) - Au cours dune conférence de presse sur un autre sujet, Mgr Fleetwood donne officieusement sa bonne impression personnelle sur le même Harry Potter. Le lendemain, la presse claironne d'un bout du monde à l'autre: « LE PAPE APPROUVE HARRY POTTER. » L’énormité de ce mensonge proclamé au grand jour révèle chez les imprésarios du jeune sorcier non seulement un infernal culot, mais un brûlant désir de voir l’Église adopter leur protégé, ou du moins avoir l’air de l’adopter, car ce qui compte surtout, c’est l’impression donnée.

2004 - Autre tentative pour faire accepter Potter : la Conférence des évêques américains classe le 3e film de la série, Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban parmi les dix meilleurs films de l’année.

Juillet 2005 - Des sites catholiques publient sur Internet une lettre datée du 7 mars 2003 dans laquelle le cardinal Ratzinger condamne ouvertement Harry Potter et encourage la journaliste allemande Gabriele Kuby, dénonciatrice du sorcier et auteur du livre «Harry Potter, ange ou démon ?» en ces termes : «Il est bon que vous nous éclairiez sur Harry Potter, car il y a dans ces livres des faussetés subtiles qui, parce qu’elles sont à peine discernables, agissent en profondeur et peuvent corrompre la foi dans les âmes avant qu’elle puisse s’enraciner.»

27 mai 2003 : Autre lettre du cardinal Ratzinger à Gabriele Kuby : «Vous pouvez citer mon opinion sur Harry Potter. Je vous suggère aussi d’envoyer votre livre à Mgr Fleetwood.»

Juillet 2009 (6 ans après la condamnation de Harry Potter par le cardinal Ratzinger, devenu entretemps le pape Benoît XVI) - Après la sortie du 6e film, Harry Potter et le prince de sang-mêlé, le titre « LE PAPE BENOIT XVI FAN DE HARRY POTTER » fait la une des journaux français.

Convaincus que le public souffre d’Alzheimer et qu’il a oublié les paroles du futur pape à Gabriele Kuby, ces journaux parlent de «l’enthousiasme du pape» pour ce 6e film, qui est le plus noir de tous et dont la grande vedette est la haute magie noire... Au lieu de servir de yoyo à cette presse mercenaire qui prend le pape et le public pour des imbéciles, il vaut mieux, chère Michèle, se faire une opinion sur Harry Potter en examinant les livres. Contact direct.

__________________

(7)...

Tome I — L’alchimiste Nicolas Flamel, qui a fêté ses 665 ans l’année précédant l’année oà l’on parle, a donc cette année-là 666 ans. En outre, il aurait eu exactement 666 ans en 1996, l’année oà fut vraisemblablement remis à l’éditeur le manuscrit du Tome I;

Tome 3 — L’exécution d’un animal coupable d’avoir mordu un élève est prévue pour le 6e jour du 6e mois de l’an 1999, donc 6-6-6;

Tome 4 — Dans le cadre du Tournoi des Trois Sorciers, sont prévues trois Tâches qui se déroulent toutes un 24 du mois, donc : 2+4=6 répété trois fois = 666. La Troisième Tâche, soulignons-le, débouche sur le rituel de «renaissance» de Voldemort, qui se trouve ainsi placé lui aussi sous le signe des trois six. Cet important rituel possède d'ailleurs, disons, une ébauche de Chiffre de la Bête, puisqu’il a lieu un 24 (2+4=6) juin (6e mois de l’année). Il y a aussi les 3 W qui sont les initiales du titre anglais du chapitre 5, Weasley’s Wizard Wheezes. La lettre W est, dans la Cabale, le vav, 6e lettre de l’alphabet hébreu, utilisé dans la Cabale (ici répété trois fois). à rapprocher des trois W de l’Internet (www)...?

Tome 5 — Mentionné deux fois, le code 62442 pour entrer au Ministère de la magie donne en additionnant ses chiffres un total de 18, qui est le produit de 3 x 6.

Tome 6 — La mort du professeur Dumbledore intervient au 6e livre de la série et au mois de juin, 6e mois de l’année 2006. Le directeur tombe du haut de la plus haute tour de son école « alors que commençait le mois de juin », donc fort probablement, compte tenu de la vénération de l’auteur pour les symboles, autour du 6e jour de ce mois... Né en 1881, année dont le total des chiffres est 18, produit de 3 x 6 (666), «le plus grand sorcier du monde et des temps modernes» se devait logiquement de finir son parcours sous le chiffre de la Bête qu’il a si bien servie... Une telle précision peut-elle être un effet du hasard ?

(8) La subversion «(n’est pas) la révolution dans le sens carré du mot, mais la promotion des tendances qui mènent, par leurs inévitables conséquences à la destruction des principes par la perversion ou l’aliénation. Dans la société moderne, la subversion n’est pas une explosion soudaine et catastrophique, mais un travail de sape graduel, un effritement constant des bases de nos croyances.» (Extrait de la critique du Reece Committee, cité dans Foundations : This Power and Influence de René Wormser, lui-même cité dans le livre de Michael Jones, Monters From the Id ».)

 

NOTE DE LA RéDACTION

 

Si, après avoir lu cette lettre, vous désirez communiquer avec son auteur, n’hésitez pas à le faire à l’adresse suivante:
 
micheleetjeannot@gmail.com
 
Nous croyons qu’il n’est pas nécessaire de rappeler que les questions et les commentaires doivent être brefs et courtois, et les critiques, constructives. Tout écart de langage, indigne d'un chrétien, est à éviter. Merci.

 


PAGE    1   2


Lien_menu_enseignements

 

- MENU DE LA RUBRIQUE "SOCIéTé ET RELIGION" -


bas_page1

www.revueenroute.jeminforme.org

Site produit par  "Les Amis de la Croix d'Amour".
Autorisation de diffuser ce document, avec mention de la source.