Tout ce qu'il faut savoir pour bien profiter de l'Année de la Miséricorde décrétée par le pape François / 1 de 4.
En-tête 1 du site de la revue En Route. En-tête 2 du site de la revue En Route.
En-tête 3 du site de la revue En Route.
sommaire_general

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

Pour la version de ce document,
cliquez sur l'icône. 
(recommandé pour imprimer ou partager par courriel)

 

Sommaire 



Du 8 décembre 2015
au 20 novembre 2016:

L'Année de la Miséricorde

Une occasion extraordinaire !


Page  1   2   3   4 


Année Sainte, Jubilé, Année de la Miséricorde : tous des termes qui désignent un temps spécial durant lequel Dieu accorde à l'humanité des grâces exceptionnelles.

Dans l'Ancien Testament, Dieu avait prescrit à Moïse qu'à tous les 50 ans soit promulguée une année sainte durant laquelle on ne cultivait pas, on libérait les esclaves, etc. Bref, on faisait "miséricorde" à la terre et au prochain. (Lév. 25, 10-34)

Ce temps de grâce était un témoignage, pour les Juifs et pour les païens qui les observaient, de la bonté de Dieu à l'égard de Sa Création.

C'est dans le sillage de cette tradition que le Pape François a décrété la tenue d'une "Année de la Miséricorde" qui a débuté le 8 décembre 2015, fête de l'Immaculée-Conception, et se terminera le 20 novembre 2016 en la fête du Christ-Roi.
 

QU'EST-CE QUE
LA MISéRICORDE ?

Le mot latin misericordia signifie littéralement : avoir son cœur (cor) auprès des pauvres (miseri). C'est l'amour qui se penche sur celui qui n'en peut plus et qui tombe. Un amour qui se penche, mais qui ne regarde jamais l'autre de haut.

"Seul Dieu est bon..." disait Jésus dans l'évangile, laissant entendre par là que toute bonté, toute miséricorde n'a sa source qu'en Dieu. Chaque acte de miséricorde posé par l'humain trou ve son origine en Dieu, même si nous n'en sommes pas conscients car nous sommes des instruments de sa Miséricorde bien imparfaits.

La miséricorde n'est pas un signe de faiblesse, affirme le pape dans sa bulle Misericordiae vultus (1). Bien au contraire il s'appuie sur la Somme théologique de saint Thomas d'Aquin, selon lequel ‟la miséricorde est le propre de Dieu dont la toute-puissance consiste justement à faire miséricorde”.

De la part de Dieu, la miséricorde se manifeste de façon éclatante par le pardon qu'Il accorde au pécheur repentant à travers l'absolution donnée par le prêtre.

La miséricorde divine se manifeste également à travers les œuvres de miséricorde que nous accomplissons.
 

POURQUOI UN TEL JUBILé ?

Tout homme est un être blessé et blessant :

  • Blessé par les suites du péché originel (voir encadré ci-contre) et par ses propres péchés personnels. Blessé aussi par les péchés des autres et par leurs attitudes parfois involontairement offensantes.

  • Blessant pour le Cœur de Dieu qu'il repousse, plus ou moins gravement, à chaque fois qu'il pèche. Blessant aussi pour le prochain, chaque fois qu'il ne traite pas celui-ci ‟comme il voudrait être traité lui-même”.

De tout cela résultent les guerres, conflits familiaux, famines, attaques contre la vie humaine à toutes ses étapes, haine envers Dieu, désespoir profond…

En réponse à cette montée du Mal dans le monde, le Pape François veut susciter une montée du Bien en décrétant une année spécialement dédiée à la promotion de l'Amour dans ce qu'il a de plus touchant : celui de Dieu qui se penche vers l'homme blessé pour le relever dans le pardon et la miséricorde.

Faites l'expérience...

  • Prenez un coussin malléable. Mettez un objet lourd dessus puis enlevez l'objet. Vous constaterez que le poids de l'objet a laissé un creux dans le coussin.

Notre âme est un peu comme ce coussin : dès notre conception, nous héritons du péché originel qui vient nous écraser. Le Baptême enlève ce poids mais la trace du péché originel demeure en notre âme : une tendance au mal, un creux oà l'eau sale de nos passions mauvaises et des tentations trouve un terrain favorable si nous ne faisons rien pour l'endiguer.

  • Prenez à nouveau votre coussin et secouez-le pour faire entrer l'air à l'intérieur. Le creux causé par l'objet lourd disparaîtra.

Ainsi, l'âme humaine doit se recharger intérieurement du bon air de l'amour de Dieu pour atténuer le creux, cet te trace du péché originel qui nous porte au mal.

Nous ne pourrons jamais enlever complètement cette tendance au mal, ce qui est le privilège des élus au Ciel ; mais nous pouvons l'atténuer au maximum par notre recours incessant à Dieu et aux Sacrements, par une conversion du cœur.

 

UN PèLERINAGE
INTéRIEUR ET EXTéRIEUR

Durant cette Année de la Miséricorde, nous sommes invités à sortir de notre "petit moi" pour aller à la rencontre de Dieu et du prochain à travers un pèlerinage intérieur et extérieur :

  • PÈLERINAGE INTÉRIEUR :

En prenant conscience de notre besoin de pardon, de la part de Dieu et de notre prochain.

En cultivant une volonté ferme et pratique de conversion du cœur.

En accordant notre pardon sincère aux autres. "Le pardon [des fautes d'autrui] est le moyen déposé dans nos mains fragiles pour atteindre la paix du cœur." (Pape François)

En introduisant, dans le regard que nous portons sur autrui, de la compassion pour le fardeau de misères qu'il porte. "Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde." (Mt 5, 7)

  • PÈLERINAGE EXTÉRIEUR :

En nous déplaçant pour franchir une des Portes de la Miséricorde (2) . "Pour passer la Porte Sainte à Rome, et en tous lieux, chacun devra, selon ses forces, faire un pèlerinage. Ce sera le signe que la miséricorde est un but à atteindre, qui demande engagement et sacrifice." (Bulle Misericordiae vultus)

En joignant à ce pèlerinage les démarches pour obtenir l'Indulgence plénière (2).

En participant à l'événement "24 heures pour le Seigneur" (2) .

En pratiquant plus intensément les œuvres de miséricorde (2).

Aux yeux du Pape, l'Année sainte doit servir de chemin de "conversion spirituelle".
 

 

Nous avons toujours besoin de contempler le mystère de la miséricorde. Elle est source de joie, de sérénité et de paix. Elle est la condition de notre salut. La miséricorde, c'est l'acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. (...)
 
Il y a des moments où nous sommes appelés de façon encore plus pressante, à fixer notre regard sur la miséricorde, afin de devenir nous aussi signe efficace de l'agir du Père. C'est la raison pour laquelle j'ai voulu ce Jubilé Extraordinaire de la Miséricorde, comme un temps favorable pour l'église, afin que le témoignage rendu par les croyants soit plus fort et plus efficace. (...)
 
Vivons intensément le Jubilé, en demandant au Père le pardon des péchés et l'étendue de son indulgence miséricordieuse.

 

(Pape François, Bulle Misericordiae vultus)

 

Page suivante

 

__________________________

(1) Bulle : sorte de document officiel émanant du Pape. La bulle Misericordiae vultus est le document par lequel le Pape François a officiellement annoncé la tenue de l'Année de la Miséricorde. On trouvera l'intégralité de ce très beau texte en français sur le site du Vatican:  w2.vatican.va
(2) Voir plus loin dans ce document pour une explication détaillée de ces éléments.

 


Page  1   2   3   4


 

Lien_menu_enseignements

- MENU DE LA RUBRIQUE "ENSEIGNEMENTS" -


bas_page1

www.revueenroute.jeminforme.org

Site produit par  "Les Amis de la Croix d'Amour".
Autorisation de diffuser ce document, avec mention de la source.  

 

Retour haut de page