Selon le P. Jim Anderson, la Russie n'a pas été consacrée au Coeur Immaculé de Marie / 2.
En-tête 1 du site de la revue En Route. En-tête 2 du site de la revue En Route.
En-tête 3 du site de la revue En Route.
sommaire_general

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

La Russie n'a pas été consacrée

au Coeur Immaculé de Marie (2)

Le père Joaquin Maria Alonso C.M.F., est d’avis qu’à Fatima en 1917 et à Tuy, en 1929, Dieu a demandé par l’intermédiaire de Marie la consécration de la Russie par le Saint-Père avec ses évêques, promettant en retour la conversion de la Russie et la paix dans le monde. Cette consécration n’ayant pas été faite, le 22 octobre 1940 « Le Ciel accéda aux désirs des supérieurs de Sœur Lucie de voir se réaliser la consécration du monde avec une mention spéciale de la Russie. C’est le Seigneur lui-même qui suggère une telle action. » Mais pour cette dernière consécration, le Seigneur ne promettait pas la conversion de la Russie et la paix dans le monde, mais uniquement l’abrégement de la tribulation de la Seconde Guerre mondiale.

Finalement, le 31 octobre 1942, Pie XII a bien consacré le monde. Aussitôt après, la chance a tourné sur tous les fronts, à Stalingrad en Russie comme à El Alamein en Afrique du Nord, abrégeant indubitablement la tribulation de la Seconde Guerre mondiale. Mais Sœur Lucie n’a jamais prétendu alors que cette consécration du monde avait été faite exactement comme elle avait été proposée par Notre-Dame à Fatima en 1917 et demandée avec Jésus à Tuy en 1929, parce que ce n’était clairement pas le cas ! Le 28 février 1943, Sœur Lucie écrivit à son correspondant habituel, Mgr Manuel Ferreira da Silva, évêque titulaire de Gurza : Le Bon Dieu m’a déjà montré son contentement de l’acte bien qu’incomplet selon son désir, réalisé par le Saint-Père et par plusieurs évêques. Il promet, en retour, de mettre fin bientôt à la guerre. La conversion de la Russie n’est pas pour maintenant. De fait, la Russie n’était pas convertie et un temps de paix n’était pas accordé au monde. Au contraire, la Russie a répandu ses erreurs sur le monde. Une dangereuse guerre froide et une série de guerres ouvertes meurtrières ont appauvri, asservi et tué des dizaines de milliers d’êtres humains. Un « rideau de fer » a divisé l’Europe. L’athéisme, la persécution de l’Église, la terreur, le Goulag et une suppression totale de liberté dans les nations communistes de l’Europe de l’Est et dans l’Asie du Sud-Est et les nations asiatiques communistes ont suivi.

De la même manière, la consécration du monde par Jean-Paul II le 25 mars 1984 n’a pas entraîné la conversion de la Russie ou la paix mondiale, bien qu’on puisse constater à l’évidence que cet acte du Bienheureux Jean-Paul II a bien apporté de nombreux bienfaits dans ce monde troublé. Le 13 mai 1984, un incendie s’est déclaré dans la base navale de la Flotte du Nord soviétique de Severomorsk, provoquant une série d’explosions qui ont totalement détruit les installations. Les dirigeants soviétiques avaient alors jusque-là envisagé sérieusement une attaque nucléaire préventive contre les pays alliés de l’OTAN durant la crise des euromissiles. Antonio Socci rapporte que selon l’historien militaire Alberto Leoni : Sans cette base de missiles qui contrôlait la mer du Nord, l’URSS n’avait aucune chance de remporter la victoire. C’est pour cette raison que l’opération fut abandonnée.

Interrogée par le journal italien Thirty days à propos de cet événement et sur la conviction de Jean-Paul II que la libération de la Pologne était due à une salutaire intervention de la Madone, Sœur Lucie déclarait : Je suis entièrement d’accord avec ce qu’a dit le Saint-Père … Je crois que cela implique une action de Dieu dans le monde pour le libérer des dangers d’une guerre atomique qui pourrait le détruire, et un appel pressant à toute l’humanité pour une foi plus vivante. Cependant, la chute du mur de Berlin et l’apparente restructuration politique de l’ancienne Union soviétique et de l’Europe de l’Est ne sont ni la conversion de la Russie ni la paix mondiale promises à Fatima. Aussi, à laquelle de ces deux consécrations séparées et distinctes demandées par le Ciel la lettre dactylographiée du 8 novembre 1989, présentée par le Cardinal Bertone comme venant de Sœur Lucie, se rapporte-t-elle ?

Depuis le début, Sœur Lucie a maintenu catégoriquement que la Sainte Mère avait demandé à Fatima uniquement la consécration de la Russie, et non celle du monde. Le Seigneur lui avait expliqué qu’il ne convertirait pas la Russie sans cette consécration : Parce que Je veux que mon Église tout entière reconnaisse cette consécration comme un triomphe du Cœur Immaculé de Marie. Il semble toutefois que Jean-Paul II ait pensé qu’il ne pouvait pas consacrer uniquement la Russie, mais que le Ciel serait satisfait de ce qu’il avait fait tout ce qu’il avait pu, étant donné les circonstances. Le 1er août 1984, Jean-Paul II a dit au père Pierre Caillon, un professeur de philosophie à la retraite qui avait étudié la question de la consécration de la Russie durant des années, que « la consécration est faite … On ne peut pas consacrer la Russie à part. Nous avons consacré toutes les nations et nous avons ajouté une mention spéciale de la nation dont Notre-Dame attendait la consécration. »

Plusieurs conclusions découlent de ces faits :

1. Sœur Lucie savait que la consécration de la Russie à part était une condition de la conversion de la Russie et de la paix dans le monde.

2. Sœur Lucie comprenait pourquoi Jésus ne voulait pas convertir la Russie sans une consécration distincte de la Russie, en-dehors d’une consécration générale de tous les autres pays : Parce que Je veux que mon Église tout entière reconnaisse cette consécration comme un triomphe du Cœur Immaculé de Marie.

En composant la lettre dactylographiée du 9 novembre 1989, Sœur Lucie aurait contredit ce qu’elle sa vait être la volonté de Dieu.

3. Sœur Lucie n’aurait pas pu déclarer que la consécration du monde le 25 mars 1984 satisfaisait pleinement la condition demandée par le Ciel pendant l’apparition à Fatima du 13 juillet 1917 pour la conversion de la Russie et la paix mondiale (qui était que le Saint-Père avec ses évêques consacrent solennellement la Russie au Cœur Immaculé de Marie) sans désobéir à l’ordre du Vatican de ne pas parler des apparitions à moins d’une permission explicite.

4. La personne qui a composé la lettre dactylographiée du 8 novembre 1989 ignorait les deux différentes requêtes et promesses pour la consécration de la Russie et la consécration du monde au Cœur Immaculé de Marie, rendant pour le moins ambiguës son affirmation et celle du Cardinal Bertone.

Il s’ensuit de chacune de ces conclusions que le «Message de Fatima» du Vatican faisait erreur en déclarant que Sœur Lucie avait écrit la lettre du 8 novembre 1989 affirmant que le Ciel avait accepté que la consécration du monde du 25 mars 1984 correspondait pleinement aux promesses faites à Fatima le 13 juillet 1917. Pourquoi cette erreur est-elle pour nous importante ? Il reste à considérer brièvement les conséquences tragiques pour l’Église et le mon de si cette affirmation du Cardinal Bertone continue d’être crue par les chefs de l’Église et les fidèles.

Depuis 1960, l’Ostpolitik et les initiatives diplomatiques et de justice sociale du Vatican, comme celles proclamées par Jean XXIII dans Pacem in Terris, n’ont pas amené la conversion de la Russie et la paix dans le monde ni aucune amélioration sensible du comportement humain qui montrerait une conversion au Christ du cœur et de l’esprit des pécheurs. Et si des grâces significatives ont été obtenues sous la forme de diminutions de la tribulation de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre froide par les consécrations du monde au Cœur Immaculé de Marie faites par Pie XII et Jean-Paul II, « combien plus grandes auraient-elles pu être si l’on avait écouté la Vierge Marie ? »

Depuis sa publication en juillet 2000 dans « Le Message de Fatima », l’affirmation par le Cardinal Bertone que Sœur Lucie confirmait que la consécration du monde de 1984 satisfaisait le Ciel, a réussi à faire que les demandes de la Vierge Marie pour la consécration de la Russie et la dévotion réparatrice des premiers samedis ont été continuellement supprimées. Mais cette période a connu, entre autres, la destruction le 11 septembre des Tours Jumelles à New York, la poursuite des tensions entre les deux Corées, des guerres coûteuses et destructrices en Irak, en Afghanistan, en Libye, en Syrie et en égypte, une réelle menace de guerre nucléaire entre Israël et ses alliés et l’Iran et ses alliés, la continuation du génocide des catholiques par les milices musulmanes soudanaises et nigériennes, une compétition militaire croissante entre les états-Unis et la Chine communiste, une accumulation tranquille mais significative des armes nucléaires en Russie, une méfiance croissante dans les relations entre la Russie et la Chine et l’Occident. Il est par conséquent ridicule de maintenir que la consécration de la Russie a été faite comme le Ciel l’avait demandé à Fatima, ou que l’Ostpolitik du Vatican ou ses efforts diplomatiques aux Nations-Unies ont obtenu la paix dans le monde. Le monde connaît au contraire la guerre continuelle. Il nous semble que le temps n’est plus pour l’Église d’agir comme si elle disposait encore, pour travailler pour le Christ, d’une infinité de siècles. Le Ciel a donné au Saint-Père et à ses évêques des ordres précis à Fatima ; ils ne sont pas facultatifs !

Jésus dit à Pierre : Avance en eau profonde, et lâchez vos filets pour la pêche. - Simon répondit : Maître, nous avons peiné toute une nuit sans rien prendre, mais sur ta parole je vais lâcher les filets. Benoît, c’est Pierre ! Lui seul a reçu de Jésus toute l’autorité nécessaire. Il peut éviter d’alarmer les Russes ou d’offenser les orthodoxes en ordonnant à ses évêques de se joindre à lui dans la consécration d’une série de pays, un par un et séparément, incluant la Russie, au Cœur Immaculé de Marie le 13 de chaque mois. Il peut personnellement conduire l’Église dans la dévotion réparatrice au Cœur Immaculé de Marie des premiers samedis du mois. Si Benoît fait cela, il conduira l’Église à la victoire sur Lucifer comme David a mené Israël à la victoire sur Goliath et les Philistins. S’il ne le fait pas, le monde se prépare à connaître le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, la conversion de la Russie et une période de paix seulement après les châtiments prophétisés par la Sainte Mère, puisque Sœur Lucie reçut l’interdiction en 1960 de parler des apparitions sans la permission du Vatican.

De 1961 à 1971 Marie est apparue à quatre enfants à Garabandal, en Espagne, pour nous appeler tous au repentir et nous avertir d’une punition par un horrible châtiment si le monde devait persister dans la rébellion. Marie a révélé à saint Padre Pio que ces apparitions étaient vraies. Le 13 octobre 1973 à Akita, au Japon, la Sainte Mère a prophétisé à Sœur Agnès Sasagawa une intense persécution, un conflit à l’intérieur de l’Église et un châtiment inimaginable si le monde ne se repentait pas. Les prophéties d’Akita sont approuvées par l’Église et ont été confirmées de manière fiable en 1998 comme « la continuation » du message de Fatima et « essentiellement les mêmes », par Joseph Ratzinger, alors Cardinal.

C’est à nous dans l’Église de jeûner et de prier chaque jour pour soutenir le Pape Benoît XVI lorsqu’il considère dans la prière les promesses et les avertissements des trois parties du Message de Fatima dans le contexte prophétique de Garabandal et d’Akita, et la défaite de ses ennemis, visibles et invisibles, qui travaillent contre lui à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Église du Christ !

Maranatha ! Viens, Seigneur Jésus ! ■
 

IL NE FAUT SURTOUT PAS DéSESPéRER

En effet, à Fatima, la Vierge Marie disait à Lucie qu’à la fin, le Pape consacrera la Russie à son Cœur Immaculé et que cette dernière se convertira.
De même à Garabandal, Notre-Seigneur a dit à Conchita, dans une locution, qu’à la suite du Miracle de Garabandal, la Russie sera convertie.
En attendant, demeurons dans la paix et restons unis par la prière, surtout le saint ROSAIRE QUOTIDIEN.

 

PAGE PRéCéDENTE



- MENU DE LA RUBRIQUE "SOCIÉTÉ ET RELIGION" -




www.revueenroute.jeminforme.org

Site produit par la revue "En Route".
Autorisation de diffuser ce document, avec mention de la source.